Etre artisan [mise à jour]

Publié le par Laurence

Je remonte des archives ce billet, depuis sa rédaction j'ai une ou deux choses à ajouter. (au passage ça va faire un an bientôt que je l'ai publié !)
D'ailleurs je pense l'enrichir au fur et à mesure de mon expérience (parce que forcément, on découvre des choses au fil des ans). Vous remarquerez que j'ai pensé à celels et ceux qui n'ont pas envie de tout relire...je vous ai donc mis les précisions ajoutées en couleur (merci Laurence on dit).


L'envers du décor.

Tout ce qu'il y à derrière, caché, insoupçonné ... voilà pourquoi j'ai créé ce blog, pour mieux faire comprendre le métier et tout ce qui se cache derrière.

Notre "monde" à nous, indépendants, est souvent l'objet d'idées pré-conçues (quoique là me direz-vous ...où est-ce qu'il n'y en à pas ?)
Les réactions des personnes sont parfois surprenantes, quelques fois blessantes, souvent énervantes.
Incompréhension, aprioris mais surtout non reconnaissance.

Ça fait quelques mois que j'ai envie de vous parler de ce sujet, d'ailleurs j'en avais évoqué le souhait à plusieurs reprises dans différents billets.
Je reçois pas mal de mails me demandant conseil, des personnes qui souhaitent se lancer aussi (beaucoup qui font des bijoux), qui savent pas comment faire, où chercher, que penser etc ...
Si au début je prenais le temps de répondre à chacune des demandes (dans la mesure où celle-ci faisaient preuve d'un minimum de politesse, oui parce que certaines c'est limite la paire de claques qui se perd ! :-D. ce n'est pas parce qu'on utilise une machine pour communiquer avec une autre personne, qu'il faut en oublier les bases ... mais bon autre sujet ça).

Donc j'ai essayé de réunir quelques informations, quelques liens utiles, oui ça vous fera de la lecture, (non je ne vais pas tout vous résumer, vous croyez que j'ai fait comment moi ?)
Quand j'ai commencé à écrire ce billet, je voulais aussi évoquer quelques "problèmes" que peuvent rencontrer les artisans, mais il a fallu que fasse un choix :
Soit résumer au maximum tous les points pour arriver à un billet pas trop effrayant par sa longueur.
Soit couper en deux, et donc garder les développements, les explications qui me tiennent à cœur, et publier en deux étapes.

Je n'ai jamais été douée pour les résumés (c'est vrai, j'arrivais même à faire des résumés plus longs que le texte d'origine en classe ! :D et puis je comprenais pas pourquoi on me demandait de dire autrement ce qui était pour moi écrit parfaitement...mais bon ...) ...j'ai donc choisi la deuxième solution.

Moi je vais être plus en mesure de vous parler de ce que je connais, l'artisanat, mais Barbara a eu l'extrême générosité de m'autoriser à pointer vers son article : une mine de liens pour les photographes/graphistes en Free-lance : et hop on va voir du côté des Zigouis !


Chambre des métiers, maison des artistes, chambre de commerce ?
L'Artisanat - quelques infos

A partir du moment où on ne se classe pas dans la catégorie "artistes", qu'on transforme de la matière, (on fabrique nous même) on dépend de la Chambre des métiers. S'il s'agit juste d'acheter de la marchandise pour la revendre, là il faut s'adresser à la Chambre de Commerce et d'Industrie de votre ville (département)
Un tour sur --> http://www.artisanat.fr/
Et puis là --> http://www.metiersdart-artisanat.com/

Il y à aussi La Maison des Artistes mais attention à bien vérifier que votre future activité entre bien dans le champ d'application de la réglementation (à lire sur cette page)


Extraits choisis :
Activités entrant dans le champ d'application de la branche des arts graphiques et plastiques[...]
Productions originales de l'art statuaire ou de la sculpture en toutes matières exécutées entièrement par l'artiste, fontes de sculptures à tirage limité à huit exemplaires contrôlées par l'artiste ou ses ayants droit, à l'exception des articles de bijouterie, de joaillerie ou d'orfèvrerie ;
Réalisations de plasticien : installations, art vidéo...

[...]
Exemplaires uniques de céramiques, entièrement exécutés par l'artiste et signés par lui et émaux sur cuivre, entièrement exécutés à la main dans la limite de huit exemplaires numérotés et comportant la signature de l'artiste, à l'exclusion des articles de bijouterie, d'orfèvrerie, de joaillerie et des pièces utilitaires par nature ou fabriquées à l'unité mais ne différente les unes des autres que par des détails.

Conclusion, vous faites des bijoux ? Oubliez la maison des artistes.

Une fois que vous avez trouvé de quoi dépendait votre future activité, il va vous falloir choisir un statut.
des infos propres aux artisans sur le site www.artisanat.fr, sinon le top du top, il y à tout dedans : ça se passe là --> http://www.apce.com/  

Devenir artisan (ou de manière générale, devenir indépendant) ça change quoi par rapport à un statut de salarié ?

Lorsqu'on est salarié, on touche un salaire net, le chiffre brut, c'est que que coûte le poste à votre employeur, puisque c'est à lui de payer les charges.
Oui ça vous le savez, mais c'est bon de faire une petite piqûre de rappel, parce que bon hein parfois on l'oublie facilement ça !
Lorsqu'on devient indépendant ... c'est à nous à prendre en charge toutes ces cotisations (vieillesse, chômage, martenité, maladie, sécurité sociale etc, etc ...)
On dépend alors du Régime Social Indépendant  et on devient copain avec l'URSSAF  
Dès qu'on lance notre activité, même si en tout début d'activité on ne vend pas énormément, on paie ces charges-là (à moins d'en être exonéré la première année, ça c'est possible mais sous certaines conditions).
La première année, elles sont calculées à partir d'estimations, à partir de la deuxième année d'activité elle seront basées sur les revenus réels.
Ces côtisations sont obligatoires.

Devenir artisan, c'est trois tonnes de papiers à remplir non ?

Non.
Mais il y à des étapes.
Si effectivement l'activité est du ressort de la chambre des métiers, il faut tout d'abord (et même si on ne s'immatricule pas par la suite), effectuer un stage préalable à l'installation.
Pour plus d'infos faites une recherche "chambre des métiers "mon département"".
Ce stage est payant et obligatoire. (il me semble que c'était (en 2007) de l'ordre de 170/180 €...à vérifier)
Vous êtes toujours motivés pour vous lancer ?

Là c'est le grand saut : l'immatriculation il y à un dossier à remplir certes, mais c'est à partir d'un seul et unique dossier que tout va se faire (URSSAF, RSI ...).
On obtient alors un joli N° de Siret, un numéro de TVA  (sauf si on a choisi de se monter en micro-entreprise).
Petit oubli (que dis-je gros oubli impardonnable!) : là il s'agit donc de l'inscription et c'est ...payant (164€ en 2009)


Vous voilà donc artisan, officiellement, vous faites partie de la catégorie "professionnels"...avec ses quelques obligations.


Donc il y à du nouveau depuis.
La plupart d'entre vous le savent, j'ai déménagé il y à peu.
J'ai changé de département, et si vous ne le savez pas encore : il y à une chambre de métiers par département.
j'ai donc eu la grande et bonne surprise de découvrir que lorsqu'on déménage (en changeant de département)...pour pouvoir faire suivre son dossier, il faut se réinscrire.
Un petit coup de fil, deux trois justificatifs expédiés, deux trois papiers à remplir...et ...et .... une nouvelle inscription à payer ! (164 €)...
Vous comprenez cela aurait trop simple que ces chambres des métiers communiquent entre elles...cela aurait été trop simple que quelques clic de souris permettent un transfert de dossier !

Non il vaut mieux refaire un dossier, refaire une inscription, me redonner une numéro de siret etc...  (du coup je suis bonne pour refaire mes tampons et documents, et changer mes infos auprès des fournisseurs...)

En même temps si c'était trop simple...le taux de chômage connaîtrait un sacret pic ...

Bon et à part ça ..il y à d'autres obligations ?

OUI.
Vous voilà "pro" ... vous allez voir que tout va se transformer dans votre vie, ces trois lettres P, R, O vont venir se coller à TOUT ce que vous aviez avant.
La banque ?
Un compte pro.
Coût supplémentaire.
Les assurances ?
Obligation de souscrire une assurance de responsabilité civile "pro" (elle va vous être demandé pour toute exposition, salon ...), voir d'adapter également son contrat d'assurance habitation/voiture en fonction de votre nouvelle activité.


Ça y est.
Vous êtes lancé, vous être arrivé à bout de ce long parcours de demande d'informations, de dossiers à remplir, de stages à faire, de comptes à changer, d'assurance à souscrire.
Voilà vous êtes parés, et lancés dans l'aventure !

Vous voilà donc au début de votre activité avec déjà beaucoup de choses à payer avant même d'avoir eu le temps de vendre ...
Bienvenue dans le monde de l'artisanat.
Et ce n'est pas fini (vous z'allez pas être déçu, j'vous dis moi).

Hormis ces obligations administratives, il va bien falloir vous équiper, acheter du matériel, trouver des fournisseurs etc...
Se mettre à son compte, c'est pas gratuit (mais qu'est-ce qui est gratuit de nos jours vous allez me dire ...)
Riche ou pas, il y à des solutions, et parfois on n'a pas trop le choix, avant de s'installer, oui surtout avant, on peut aller faire un tour du côté de l'ADIE (il y à sans doute un antenne pas loin de chez vous). Ils seront là aussi pour évaluer si le projet est viable ou pas (leur but n'est pas de pousser au crédit, et donc à l'endettement des personnes). Vous pouvez aussi bien sûr vous renseigner auprès de votre banque, vorte famille, votre vieil oncle richissime ... chacun ses solutions.
Ou bien choisir le système D, comme "démerde".
Ça peut marcher aussi, mais bon on ne fait pas toujours des miracles avec ...


Maintenant, et juste maintenant vous allez très certainement comprendre pourquoi quand quelqu'un se permet de me lancer "ironique" voir dédaigneux un "moi aussi je peux le faire ça" ça me fout en rogne ...?
vous comprenez pas ?

Attendez donc la suite.

Lorsqu'on est salarié, on part à son travail on travaille une journée : on est payé. Normal.
Lorsqu'on est artisan, on part au travail (oh les chanceux ils bossent chez eux), on travaille toute une longue journée, on n'est pas payé et en plus ça nous coûte de l'argent.

Mais qu'est-ce qu'elle raconte là ?
Et bien oui, si vous avez bien lu plus haut je vous expliquais sommairement les obligations que nous avons chaque mois, et ce que ça coûte:
Charges, assurances, frais de comptes bancaires pro, loyer, coût des énergies ...etc, etc...)

Et puis et puis quand même il ne faut pas oublier ce point important, c'est bien beau d'être créatif, "d'adorer les travaux manuels", d'avoir plein d'idées, on se fait plaisir en fabriquant en créant (et oui il faut le reconnaître c'est même jouïssif), mais ma p'tite dame, mon bon môssieur, c'est pas ça qui fait vivre ! Pour cela il faut vendre.
Oui vendre.
Et là c'est une autre histoire.
Si vous êtes plutôt du genre sauvage, renfermé, souffrant d'une très grande timidité maladive ...ben c'est pas gagné pour vous. Mais bon, il faut savoir rester optimiste ...hein ..humhum.

L'artisanat c'est aussi, fabriquer tous les jours pendant des jours et des jours et avoir 0€ entrant sur le compte, au contraire des euros qui s'envolent.
Rentrer dans cette grande et fabuleuse famille c'est faire le deuil de pas mal de choses :
Les congés payés, ce seront plutôt des congés payant. (et rare)
Les 35 heures (toute façon rigolez bien vous allez y passer bientôt vous aussi, non mais y'à pas d'raison)
Les moments où on éteint l'interrupteur "boulot" pour allumer celui de "journée finiiiiie", boulot tu mangeras, boulot tu dormiras, boulot tu .... oh et ça va hein bon !

Vendre ?

Ah oui vendre, important ça.
Pour vendre il faut ...allez devinez ...
non ?
Payer.
Et oui encore.
Que ce soit un marché, un salon, d'abord il y à des dossiers à remplir, une sélection à passer et ce n'est pas gratuit. Bien sûr suivant le type de manifestation les prix varient beaucoup.
Vendre ça a un coût.
Où vendre ?
Ça, ça dépend vraiment du secteur d'activité, du type de produits, de leur prix ...
Pas facile de trouver les bons endroits.


Et côté impôts ...ça se passe comment ?
Bon là je ne vais pas rentrer dans les détails, parce que tout dépend du statut que l'on choisit. Mais en gros, les impôts vont prendre en compte le chiffre d'affaire, vont appliquer des abattements forfaitaires pour calculer les charges (dans le cas de la micro-entreprise), ou bien c'est à vous à fournir tous les justificatifs de vos dépenses, afin de calculer votre bénéfice. Vous serez imposable sur ce bénéfice.

Par contre Ô grande joie vous allez recevoir un tout nouveau courrier des impôts, une nouvelle couleur pour changer ... c'est la taxe professionnelle.
Obligatoire.
Plus d'infos par là --> http://www.impots.gouv.fr/   

Ah et puis comme certains pensent qu'on aime bien faire la collection des taxes, lorsqu'on créé des bijoux il y à aussi la taxe HBJO (horlogerie, bijouterie, joaillerie, orfèrevrie, qui est désormais étendue aux arts de la table ...0,20% du chiffre d'affaires.


Le temps
L'artisanat, c'est beaucoup de temps.
Les personnes n'imaginent même pas ce que ça repésente en temps l'élaboration d'un produit.
Il y à souvent plusieurs étapes dans la fabrication d'une pièce.
Il y à aussi le temps de conception.
C'est beaucoup d'heures de travail, des matières premières qui ont un coût, les étapes de "transformation " qui ont un coût, vous ajoutez à cela les diverses charges de fonctionnement..ça vous donne une petite idée. (j'espère).

S'entendre dire : "rho lala, qu'est-ce que c'est cher !" ...vous comprendrez que ça mine un peu non ?
Rare sont les artisans qui se payent réellement tout leur temps de travail.
Vous l'aurez compris désormais, pour arriver à se dégager un salaire il faut un chiffre d'affaire conséquent.
Quand j'ai ce genre de reflexion, si je suis d'humeur "pédagogue de bon poil", je pose clairement toutes les étapes qui ont abouti à ce bijoux si cher, les heures passées, etc... et je finis en demandant ... vous êtes payés combien à l'heure ?

Grand blanc.

On ne peut pas vouloir l'originalité, le fait-main, le "made in france" (oui parce que ça peut être fait main par des petites mimines d'un pays lointain), la pièce unique ... pour "pas cher".

[petit message à carctère personnel] A toutes les personnes qui ont lu jusque là je dis bravo et merci, merci vous récompensez par votre lecture les quelques heures que m'auront pris la rédaction de ce petit texte.[fin du petit message]

Et pourquoi LoloMosquito alors ???

Parce que je suis un peu folle, une idéaliste avec un rêve d'enfant.
Parce que j'ai aussi un petit côté masochiste.
Parce que je ne savais pas tout.
Parce que surtout je voulais pas tout savoir, je n'étais pas en mesure de tout entendre (et comprendre).
Parce que je n'ai pas écouté tous les conseils qu'on m'a donné.
Parce que j'ai dit merde à ceux qui n'y croyaient pas du tout.
Parce que j'avais besoin d'un petit défi.
Parce que je le sentais.
Parce que ça faisait des années et des années que je l'étouffais cette envie.
Elle a été plus forte.
Parce que ça fait du bien de créer, de monter un projet comme celui-là de A jusqu'à Z, de tenir toutes les cartes en main, même si c'est parfois angoissant.




Commenter cet article

christel 30/03/2010 21:20



Merci d'avoir pris le temps d'écrire ces infos ça a le mérite d'être clair. Cela ne règle pas mon problème mais cela m'a éclaircit la situation. Je ne peux pas procéder comme cela. Christel



sila 22/02/2009 22:20

Un grand merci pour ce billet tres enrichissant et drôle!!Longue vie à Lolo Mosquito! J'aime beaucoup vos créations ..

LoloMosquito 24/02/2009 08:47


Merci !


Little karine 20/02/2009 13:44

Salut Lolo,merci pour toutes ces infos, c'est bien de montrer aux gens que la création n'est pas seulement synonyme de récréation !

LoloMosquito 24/02/2009 08:42


C'est un beau métier qui fait rêver...



tiwice 04/02/2009 23:48

re ..du coup je vais faire un lien pour cet article sur mon blog sur mon blog...si ça m'a servi, ça peut servir à d'autres !!!

tiwice 04/02/2009 23:34

bonsoir ! je n'ai pas encore vu les créations...j'ai juste LU...et je dis merci...je tacherai de ne plus faire de réflexions sur les stands des bijoux artisanaux...merci vraiment pour toutes ces explications...quelle ecriture !!! du coup je vais aller voir les bijoux...

LoloMosquito 06/02/2009 09:06


Merci tiwice !


Danaé 22/01/2009 13:19

Bonjour Laurence!Je tenais à te dire que déjà j'adore ce que tu fais!Mais j'aime particulièrement ce message sur l'artisan :)Je me suis tout à fait retrouvée dedans! ;)Et concernant l'auto-entrepreneur, je te conseillerai de rester artisan ;)Ce n'est pas payant (pour une fois!), mais justement, ce n'est pas reconnu par la chambre des métiers: donc pas de salon artisanaux, pas d'aide de la chambre des métiers, pas de liste d'expos, rien!Seul le régime micro social est bien si tu es au régime micro, car plus intéressant (et tu as le droit d'y opter il me semble).D'ailleurs, les auto-entrepreuneurs doivent faire figurer sur tous leurs papiers (factures, commandes, et même pub!) "dispensé d'immatriculation en application du V de l'article 19 de la loi n° 96-603 du 5 juillet 1996 relative au développement du commerce et de l'artisanat".Perso, je trouve que ça fait pas très pro!Mais bon, c'est un bon statut pour tester le marché! ;)

LoloMosquito 22/01/2009 22:07


Bonjour Danaé et merci pour ces précisions.
j'ai lu un doc présentant ce nouveau statut (envoyé par une copine et collègue)...un peu en diagonale, j'avoue que j'ai un peu oublié les détails.
Dont un détail et pas des moindres l'obligation d'y faire figurer cette phrase ...en effet ça ne fiat pas très pro.
Pour tester (et légalement) ça peut être un début ....(?)


La Rimule 21/01/2009 21:00

;)PS : les "malchanceux" peuvent changer de statut s'ils le veulent ! Par solidarité avec les "auto-entrpreneurs" ! ;)Bizzzzz

LoloMosquito 22/01/2009 12:01


Changer de statut ?
Mais c'est payant ma chère (sauf erreur de ma part, mais il me semble bien que ce soit encore une fois payant).
Alors que je viens de refaire une inscription à la Chambre de Métiers (suite à mon déménagement hors département)... je ne vais pas me radier, refaire une changement, attendre un nouveau N° de
siret etc...
Et puis, je ne suis pas sûre que ce nouveau statut soit "reconnu" ou valable pour les inscriptions aux divers salons d'artisanat. Mais là je me trompe peut-être je n'ai pas creusé plus que ça la
question.


La Rimule 21/01/2009 20:01

Coucou Lolo !Oui je laisse peu de comm' mais suis ton actualité !Je comprends bien que le thème ici = l'artisan et que tu ne parles que de ce que tu connas bien (ce qui est trèsss louable !).Oui aussi on peut reprocher (et on le fait) au statut de l'auto-entrepreneur que dans certains cas il va créer une concurrence assez déloyale, je suis OK. Mais bon si des gens se lancent en 2009 et que le gouvernement leur propose ce statut avantagueux pour eux, ils seraient bêtes de refuser et de demander à payer plus de charges (et éventuellement de plomber ou couler leur affaire !).Pour finir, je précise que je ne suis pas "auto-entrepreneur" (dommmmmmmagepour moi !).Bises à toi et bonne année 2009 pleine de tes jolies créations !

LoloMosquito 21/01/2009 20:42


Ah non non non je ne suis pas d'accord moi, si des gens se lançent en 2009, par solidarité pour les pauvres malchanceux (et crétins?) comme nous, ils vont choisir un statut "à l'ancienne"...certes
légèrement plus chargé mais au moins ils auront l'esprit léger côté équitable.

Ah non ...ça ne marche pas comme ça ?


ben flûte alors !


La Rimule 21/01/2009 13:46

Bonjour LoloM !Oui bravo pour ce long billet si détaillé et précis comme il y en a peu sur le Net !Loin de moi l'idée de lancer une polémique (stérile en +) mais je me permets de préciser (pour tes lectrices !) : il n'y a pas que le statut d'artisan dans la vie ! :)Il y a d'autres statuts dont le tout nouveau "auto-entrepreneur" qui parait assez intéressant pour les créateurs qui se lancent en 2009 par ex.Non ?Bizzz

LoloMosquito 21/01/2009 14:08


Bonjour La Rimule (ça faisait longtemps )

ce billet s'intutulant "Etre Artisan" ...j'y parle du statut ...d'artisan (logique non ?)
En plus ça tombe bien, ce statut je connais, les autres...pas vraiment.
Loin de moi l'idée de parler de tous les statuts possible et inimaginables.
BREF

Quand à cette nouveauté auto-entrepreneur, figure-toi que je ne la vois pas d'un très bon oeil. Elle offre beaucoup d'avantages, des facilités, j'ai bien peur que beaucoup de personnes foncent du
coup tête baissée dans cet appel (tel le chant des sirènes) du "je me lance à mon compte".
Pas très équitable par rapport aux statuts déjà existants, d'ailleurs au passage le statut d'artisan est peut-être le plus "lourd" en matière de charges (si j'en crois tout ce que j'en lis, tout ce
que j'entends à ce sujet).

Conclusion : pour les autres statuts... ben aux lecteurs/lectrices à se renseigner !


Boissier 16/01/2009 09:25

Bonjour Laurence,On ne se connait pas, (pas encore rencontré sur les salons) mais je vais souvent te lire sur ton blog. Je partage toujours tes idées sur notre métiers, tes élans, tes coups de gueule, ton humour et tes humeurs et là il fallait que je te le dise : j'adhère TOTALEMENT  sur ton billet "être artisan", super de remettre les pendules à l'heure et tout simplement d'avoir pris le temps d'expliquer comment ça marchait notre métier. BRAVO.J'espère que plein de gentilles dames qui rêvent de faire des bijoux prendront conscience de ce que c'est que d'être artisan et j'espère aussi que certaines se lanceront, courageuses.Je me suis permise de te dire "tu", j'espère que tu n'y vois pas d'inconvéniant.Bonne journée à toi et au plaisir de te lire, voir de se rencontrer un jour.MurielPS : Scandaleux ! moi aussi j'avais repayé mon inscription à la CMétiers qd j'ai déménagé.

LoloMosquito 21/01/2009 14:29


Bonjour et merci Muriel pour ce message !
Pour le "tu" je ne sais aps si je vais laisser passer ça ... bon va pour cette fois, mais que ça ne se reproduise plus !

(je plaisante bien sûr) :-D