La suite

Publié le par Laurence

La suite, et oui il y en à une. Comme expliqué dans le précédent billet, il a fallu que je découpe en deux parties l'article original.
J' en ai des choses à vous dire, n'est-ce pas ? (vu que je n'ai pas grand chose à montrer en ce moment, je me rattrappe comme je peux ...humhum).
Effectivement ça paraît être un long parcours, débordant d'obligations pas très très drôles, mais je dois bien avouer que je prends un énorme plaisir à faire ce métier.
Oui, c'est tellement bon.
Je ne me pose même plus la question "ai-je fait le bon choix ?", pour le moment c'est le bon, j'ai une histoire à écrire : celle des bijoux LoloMosquito et c'est à moi à faire en sorte que cette histoire soit belle et longue. (si au passage il y à un ou deux journalistes de mode qui passent pas là ... je ne suis pas contre le fait de partager la tâche, hein faut pas croire ...)

Pour le moment elle n'en est qu'à ses débuts.
Rien n'est acquis, rien n'est gagné ...on ne sait pas de quoi demain sera fait...
(là ça y est c'est officiel je deviens vraiment vieille, voilà-ti-pas que je parle comme les anciens maintenant ! bouuuh).
bon je disais quoi ?

Le premier qui dit "pas grand chose comme d'hab' ..." je le mets dehors !!!
(Non Olivier ne te sens pas visé ... :-D)

Il y à une chose que je n'ai pas dit dans l'article précédent.
Quand je me suis lancée et que j'ai commencé à participer à des marchés je me suis rendue compte à quel point les "créateurs" de bijoux étaient nombreux !
C'est impressionnant... c'est la grande majorité des exposants en général... donc pas facile d'arriver parmi tant d'autres.

Maintenant que vous comprenez un peu mieux l'envers du décor de ce beau métier, il est temps pour moi d'aborder un nouveau point. Sujet sans doute sensible, mais tellement important que je ne peux le laisser moisir dans son coin.


Légalité / illégalité les frontières sont-elles minces ?

Aïe vous sentez la sensibilité du sujet ?
Allez essayons de poser tout ça à plat et d'y réfléchir calmement.
Les frontières sont-elles minces ?
Oui, c'est mon avis personnel, mais je trouve qu'elles le sont.
Où ?
Surtout sur Internet.
Oui Internet est un outil fabuleux, qui offre beaucoup de possibilités (qui a ses limites ou ses inconvénients aussi, mais ça c'est une autre histoire).
Des boutiques en ligne il y en a beaucoup, mais combien de "boutiques" en ligne sans aucun N° de Siret, d'identification de la Société ou de conditions générales de vente ?
C'est gratuit, ou presque, tout le monde peut le faire (on trouve des solutions "clés en main"), c'est simple, ça prend juste un peu de temps...
Avec tout ce que je vous ai écrit dans le précédent billet, vous pensez bien que j'ai quelques raisons de ne pas être tout à fait tout à fait d'accord avec ce genre de pratiques ...non ?

Lorsque vous voulez ouvrir un commerce, une boutique "en vrai" ..impossible de passer au travers des filets : vous avez des obligations. Sur la toile ...les mailles sont larges.

Tenez une illustration :
Lorsque j'ai voulu lancer ma boutique en ligne - feignasse que je suis - j'ai pensé à des plates forme de blogs tout prêts. J'ai donc recherché s'il était possible de se servir de ce genre d'outil pour ouvrir un blog commercial, s'il n'y avait pas des limites, des vérifications, des documents à faire parvenir.
Rien.
Ah ... bizarre.

La plupart du temps, dans ces "boutiques" ...n'ayant aucune obligation, les prix sont relativement bas ...

Et là ça peut poser problème ...
Mais là où le problème se corse c'est que le public fait l'amalgame ..comment s'y retrouver dans tout ça, et pourquoi est-ce que là c'est 10 € alors qu'ici c'est 40 €.

Je vous ai parlé de la "non reconnaissance" du travail, je pense que ce genre de pratiques contribuent à dévaloriser notre travail.
Les personnes n'en sont certainement pas conscientes, mais pour en avoir discuté avec d'autres "collègues", je peux vous assurer que c'est le cas.
Quand on bidouille quelques trucs, d'abord pour soi puis ça nous plait tellement de créer qu'on ne peut pas s'arrêter... là on commence à réaliser que ça nous coûte un peu de sous tout ce matériel, ces matériaux ..;et si on en vendait un peu pour se rembourser, et puis avoir de quoi en fabriquer d'autres.
Ah ça plait, ouais super, c'est vrai ça fait un bien fou, ça motive, on vend bien, on rachète des trucs on refabrique...rho ça je vais le vendre ..;allez voyons ça m'a coûté combien? bon de quoi rembourser et un tout petit peu plus. Comme on n'a pas besoin de ça pour "vivre"... que ça nous rajoute éventuellement un peu de beurre dans nos épinards, on ne demande pas beaucoup en prix.
Et puis c'est facile maintenant de se faire connaître via les blogs, le net, donc de vendre.
Je ne pense pas que tout ça parte d'un mauvais sentiment, mais le résultat c'est quoi ?
Ça pose un petit problème d'équité vous ne trouvez pas ?
Les frontières trop floues ...le  public s'y perd.

Je sais bien, tout particulier peut - et ce légalement - vendre à hauteur de tant par an, ce particulier peut ainsi obtenir un N° de siret (donc bénéficier de certains avantages des pros, comme l'achat en gros) ...mais si le plafond des revenus n'est pas dépassé, il n'y à aucune charge à payer.
Certes.
Artiste libre.
Oui très libre d'ailleurs.
(pas de charges, pas de frais bancaires supplémentaires, pas d'assurance en plus pas de ..et pas de ... bref)
Et encore, là c'est quand on prend la peine de se mettre un minimum en accord avec les impôts. C'est pas toujours le cas.

Comment voulez-vous quand on retrouve sur un marché ou même sur un salon, ou sur Internet des artisans (ou des créateurs à la Maison des Artistes) ET des personnes classées dans cette catégorie (qui n'est pas un statut) "artistes libres" comment voulez-vous que le public comprenne qu'à droite il y à une personne qui va devoir reverser tant de pourcents de ses revenus alors qu'à gauche, c'est quasiment tout bénéf' ...?
Et bien non le "public" ne comprend pas.

Un exemple : Un jour sur ce blog, j'ai reçu un commentaire, enfin une pub déguisée en commentaire qui commençait par : "je vois que toi aussi tu aimes les loisirs créatifs ...blablabla...viens me rejoindre sur tel site ..."
(Commentaire que j'ai supprimé, je n'aime pas la pub et encore moins quand on me l'impose).
je vois que tu aimes les loisirs créatifs : inutile de vous dire à quel point ça m'a énervé ?

C'est vraiment pas facile de faire comprendre aux personnes la valeur de notre temps de travail, que ce qui pourrait passer pour un loisirs est un métier, un véritable travail qui, comme on sait ,mérite à ce titre un salaire.

Parfois on me demande :

Et sinon vous faites quoi dans la vie ?
Je suis créatrice de bijoux.
Ah j'ai une cousine aussi qui aime bien faire des bijoux, qui s'amuse à ça, bon elle les fait pour elle hein, de temps en temps elle fait des petites ventes ...Mais votre métier c'est quoi ?
Ben créatrice de bijoux... je suis artisan.
Ah ...

...


Et vous faites des bijoux en argent ?

Non, fantaisie. (bon parfois je développe mais parfois non (je suis un poil sadique je sais)).

Et ...vous les vendez où, vous avez une boutique ?
Oui, enfin juste une boutique en ligne (qui est de temps en temps ouverte) sinon je fais les salons les marchés de créateurs ... et je travaille avec les boutiques.
Ah bon ?
oui
Et vous en avez beaucoup de boutiques ?
Là je réponds le bon chiffre (ou en gros)

Ah quand même (le regard change).Mais vous arrivez à en vivre de ça ?

etc..etc...

Faisons un petit jeu, changeons juste "créatrice de bijoux" par un autre métier ça donnerait ça :

Et sinon vous faites quoi dans la vie ?
je suis (au choix) graphiste (c'était pas un bon exemple), réceptionniste, banquière, agent de surface, caissière, comptable.
Ah ..bien ... bouuuh il commence à refaire froid vous ne trouvez pas ?
moui...

Pas besoin de justification, d'explications.
Pas besoin de démontrer que notre "poste" est un "vrai" travail.
il y à des métiers comme ça qui sont entourés d'une sorte de nébuleuse, c'est un mélange de flou, de suppositions...
Et avec ce que je viens d'aborder avec vous ... ça n'arrange pas les choses ...

Allez je retourne à mes loisirs, je retourne à mes perles (entendu sur un marché ---> "oooh ma petite fille (9 ans, j'ai enquêté) fait les mêmes").


Ce métier est merveilleux.




ps : mais non je plaisante je l'adore moi ce métier.
pps : promis après j'arrête les longs discours (ou pas)



Commenter cet article

meryl 05/05/2008 19:48

Bonjour!J'ai beaucoup aimé ton article!J'ai souvent rêvé de vendre ce que je fais, mais ça n'arrivera que le jour ou la qualité sera irréprochable, ce qui est encore loin d'arriver!!!!Ce qui m'a fait réagir dans ton article (peut-être ne suis-je pas la seule a avoir réagi la dessus, j'avoue, je n'ai pas lu tous les commentaires...) c'est la fin, avec la discussion où tu "justifies" ton travail. Personellement j'aurais très bien pu être la personne qui te pose ces questions, mais pas parce que c'est un "faux travail"!! Je t'aurais bombardée de question, tout ça parce que j'admire les gens qui arrivent à vivre d'un art, n'importe lequel que ce soit, en particulier avec tous ces problèmes de dévalorisation du travail fourni "ma fille a fait les mêmes", ou de plagiat!Bref, c'est pour moi un vrai métier, qui demande du temps et du travail, en plus du talent, et pourtant j'aurais tenu le même dialogue avec toi.Ceci n'excuse pas bien sur tous ces gens qui ne veulent pas reconaître la valeur du travail et la paternité (maternité!) d'une création! Je voulais juste dire que vivre de son art est surement autant admiré qu'incompris..Bonne continuation!

THILDE 13/03/2008 00:54

hahahahah.....et l'art de retrouver votre vieille idée vendue à tout va sur pleinde blog et boutique en ligne!!!!! trop bien!alors moi aussi, je l'aime ce métier, mais je suis moins forte que toi, je préfère me poser un peu....et je suis aussi comptable à mi-temps depuis peu!!! houuuuu!! la honte, comptable!! j'assume plutôt bien...et reviens vraiment à la création sans pression alimentaire!!.....bonne vie et c'est bien sympa de te lire!

Laurence 13/03/2008 08:44

oui les idées vieilles ou moins vieilles, y'à de quoi devenir parano parfois.C'est l'inconvénient du web, on est exposés (mais aussi l'avantage) ... j'ai parfois eu envie de tout fermer ne plus rien montrer, d'ailleurs j'avoue que depuis quelques temps j'ai du mal.Combien de fois ai-je eu cette discussion avec d'autres créateurs/créatrices, on voit fleurir un peu partout sur les blogs/sites des petites piqûres de rappel.Par contre je sais (d'expérience) que "l'idée" c'est parfois un peu délicat. Il peut (je pense) arriver qu'il y ait des choses qui ressortent, qui sont dans l'air du temps qui du coup pourraient se rapprocher se ressembler alors qu'au départ il s'agit de deux personnes qui ont fait germer une idée en même temps ou en décalé ...bref c'est délicat parfois.Une illustration, j'étais en pleine période préparation nouveauté, je fais une pause pour aller voir une copine qui faisait un marché artisanal pas loin de chez moi, on papote, on papote... je regarde son stand et ...OOOOhhh pinaise, c'est une nouveauté ça ça non ?Oui oui c'est un nouveau modèleEt tu vas rire, j'ai fait aussi un modèle de collier avec une branche (OutreNoir) !Ah ben ça alors !Bon là ça va on ne s'est pas battues, c'est une copine, et vraiment il n'y à pas eu de copiage puisque nos atelier sont pas reliés par des caméras ! :-DEt puis le résultat était différent effectivement il y avait une "perle" qui avait sa sœur jumelle, mais les colliers avaient deux personnalités différentes.Mais parfois c'est une évidence, ça vous pend au nez, ça vous prend les tripes.il m'est déjà arrivé d'interpeler l'auteur d'un blog qui vendait la réplique d'un de mes bijoux pour ... 10€.Il m'a été répondu "ma mère fait ça depuis plus de 10 ans et puis si tu regardes le Marie Claire idées N°chaipluscombien datant des années fortfortlointaines tu vas voir qu'il y à TON collier.Tout a été fait tout est à refaire ?Mouais ...Grrrrrr (ça résume bien :-D)Comptable ? mais non faut pas avoir honte, moi ça ne me ferait pas de mal si je l'étais un peu :-D !je ne sais pas si c'est plus courageux ce que je fais, tu sais. Je ne suis pas sûre que je pourrais m'investir autant en ayant à côté un boulot, mais en même temps comme plus de pression alimentaire comme tu dis ...c'est sûr qu'on doit voir les choses autrement.Courage à toi !!!

Danaé 27/02/2008 21:16

Et bien je dis BRAVO!!! Enfin quelqu'un qui écrit exactement ce que je pense! ;)je suis pareil, créatrice de bijoux fantaisie inscrite à la chambre des métiers :) et j'ai le même ressenti que toi.Je vais aussi apporter ma petite participation à tout ceci:- un statut ne se choisit pas en fonction de ce que l'on veut être, mais en fonction de la nature de sa production.Pour tester ses produits et le marché, un bonne solution: le portage salarial.-Le fait d'exercer une activité relevant de l'artisanat sans être immatriculé au répertoire des métiers est sanctionné pénalement par une amende de 7.500 euros (la même peine est encourue par une personne qui n'est pas artisan et qui fait pourtant usage de l'appellation "artisan" ou de l'un de ses dérivés). - il faut aussi savoir que l'urssaff peut remonter jusqu'à 5 ans en arrière pour se faire payer des cotisations...Donc attention ;)

dine 21/02/2008 21:36

uhuh merci je me sens mieux du côté des opprimés ;-) (vaut mieux en rire sinon c'est à pleurer jour et nuit)ta question est tres bonne .... elle me parle bien! ça donne des idées!

Laurence 21/02/2008 23:09

C'est ma politique : en rire ! ;-)Et je te donne des idées : aaah chouette ! :-)

dine 20/02/2008 14:17

je viens de trouver le temps de lire tes artcicles ....je suis pleinement d'accord avec toi ceci dit pourtant je suis graphiste ...métier qu'il fo quand même bien justifier tu sais!!

Laurence 21/02/2008 08:21

Oui tu as sans doute raison je m'en vais de ce pas changer la donne (j'ai oublié c'que c'était :-D).Faut-il justifier systélmatiquement ce qui sort de l'ordinaire ?(c'est la question du jour)

zzoreilles 18/02/2008 00:06

merci pour ces deux longs billets. Je partage tout à fait votre point de vue. Mariée à un plasticien, enseignant d'arts plastiques pour l'éducation nationale, il n'a eu, comme beaucoup d'autres, que peu d'alternatives de source de revenu en sortant de ses études. Le problème est qu'il est un OU/OU. Ou prof, ou artiste (c'est d'ailleurs écrit en toutes lettres dans les statuts de la maison des artistes). Et qu'il n'est pas dans une production de type artisanale... Donc, nous vivons dans cet entre-deux du "et à part ça, vous faites quoi?, parce ce prof, c'est artiste raté et prof pas futé. Et que n'importe quel péquin peut peindre des coquelicots en s'autoproclamant artiste, et qu'en matière d'art contemporain, à 6 ans on est aussi capable qu'un type qui a 30 ans de pratique.Je lis avec effroi les commentaires précédents. Et je continue à me lamenter sur la perte d'éducation culturelle et artistique.

Laurence 19/02/2008 16:05

On aborde là un domaine que je ne maîtrise pas, mais que j'ai eu l'occasion de "croiser" souvent par le biais d'amis qui se retoruvent un peu dans la même situation que votre mari.Quelles alternatives pour les artistes ? A part ceux qui arrivent à survivre sans rien manger pendant des mois (ce sont pas des sur-hommes ?), le temps de se faire un nom, ou ceux qui y arrivent de suite ...à se faire un nom, arriver à exposer et mieux à en vivre...souvent l'enseignement est un moyen de subvenir à ses besoins. Etre un OU/OU tiens belle formule je trouve, car elle résume très bien la situation.Déjà pour un artisan - alors que notre travail est très accessible (des bijoux, c'est commun, connu et reconnu) - il est difficile de faire valoir notre travail, je n'imagine même pas ce que peut représenter la création contemporaine pour le "commun des mortels". L'Education culturelle et artistique elle se fait soit par goût, affinités, curiosité personnelles, soit par héritage culturel familial...enfin je m'avance sans doute, je devrais plutôt dire "il me semble que".Il y à quelques sensibilisations au cours de la scolarité, ça reste un peu en marge du reste et puis ...l'art d'abord ça sert à quoi ?;-)

delphine 17/02/2008 17:45

Non, non, Laurence, n'arrête pas les longs discours!ceci dit, après avoir lu ton article, avec lequel je suis entièrement d'accord, -tu imagines bien- je vais lire les comm, j'ai l'impression qu'il y a des trucs très interressants.... Bises, ma belle, prends soin de toi et de tes perles ;-)

Laurence 19/02/2008 15:53

Merci pour ce petit mot Delphine (je le garde das un coin par là) ;-)A bientôt ... ;-)

Steph' 16/02/2008 10:21

Et bien et bien... Ca parlotte par ici ;o)
Je ne vais pas mon donner mon avis là dessus vu que je suis extra-communautaire et employée donc rien à voir avec vos status d'artiste-créateur-artisan-faiseur-de-bonheur françaises...
Mais juste un p'tit grain de sel quand meme : je suis tout à fait d'accord avec Mme Mosquito : le public (moi donc) ne comprend pas tjrs pkoi un collier chez l'artisan X coûtera Euro 60.- et chez l'artisan Y Euro 30.-... La qualité ? le travail ? les charges ? le jeu de la concurrence ? etc etc... Pas tjrs simple de s'y retrouver... Et bien moi, si les 2 colliers me plaisent, j'irai chez l'artisan avec qui j'ai eu le meilleur feeling tout simplement...

Voilà le grain de sel d'une p'tite suissesse qui ne sait pas faire grand chose de ses 2 mains ;o)

Laurence 16/02/2008 10:41

Et bien chère amie extra-communautaire pendant un moment j'ai été tentée de répondre par  une chanson Ô combien philosophique  "c'est une question de feeeeeliiing" (et là les chœurs reprenaient ...question de feeliiing).Si comprends bien j'ai intérêt à soigner mon feeling avec les éventuelles, potentielles acheteuses, et particulièrement les extra-communautaires... :-DSinon tu as tort sur le dernier point ! ;-)

Sév 15/02/2008 23:54

Week bon.                                           

kahlan 15/02/2008 13:56

:-))))La preuve que l'on peut interpréter les textes comme on le souhaite et que le flou est réel, car je suis inscrite en tant que micro-entreprise, mais je ne suis pas inscrite à la chambre des métiers et rien ne m'y oblige !!!! J'ai justement choisi le créneau de travailleurs indépendants et gérer moi-même les charges à financer suivant ce que je gagne et non payer des charges "en avance" !!!Je suis malgré tout en toute légalité :-)Le terme d'artiste-libre, n'existe pas !!!!! Il est utilisé mais ne correspond à rien car il n'a aucune existence légale !!On tourne donc... en rond !!!!Lorsque ma situation familiale le permettra et si c'est mieux pour moi, à ce moment là je changerai peut-être de statut, mais j'y réfléchirais à deux fois c'est sûr !!Quant au public lui, ce qu'il regarde et ce qui l'intéresse c'est avant tout la créativité des réalisations qui lui sont proposées :-)))

Laurence 15/02/2008 14:56

Bon bon bon on va y arriver (à se comprendre) hein ! :-Dje suis bien d'accord c'est justement de ça dont je parlais : des personnes qui utilisent ce "faux statut" d'artiste libre, en remplissant uniquement la liasse P0 et ça s'arrête là.Aucun véritable statut, donc.C'est à ce moment que je trouve la frontière plutôt mince.;-)